Encore un départ …

Encore un départ …

Mercredi 2 Mai

Après un faux départ la veille dû au retard pris par le garagiste pour installer le « Break control » de la Dolly sur le VR, ce mercredi 2 mai est LE jour du départ ! Il y a eu le départ du boulot, le départ de la maison, le départ de la famille, le départ de France et maintenant, le départ de notre camp de base Québécois.

Et comme pour les précédents départs, celui-ci est difficile pour chacun d’entre nous et pour plusieurs raisons. D’abord, celui-ci est synonyme de début d’aventure, ce qui en soit n’est pas difficile puisque nous l’avons voulu ainsi, mais nous prenons conscience qu’à compter d’aujourd’hui, nous n’avons plus de domicile fixe, nous sommes sur la route pour une année… Ensuite il y a bien sur la difficulté de quitter des êtres proches qui, une fois de plus, nous ont formidablement bien accueillis, chouchoutés  et accompagnés dans les préparatifs finaux de notre périple. S’ajoute pour les filles, la difficulté de quitter les animaux présents dans cette si paisible fermette, clochette bien sûr mais également les chats et les chiens qu’elles ont câlinés durant plus de deux semaines.

Depuis 2011, c’est la troisième fois que nous quittons la fermette en folie, mais cette année l’émotion est peut-être plus forte car il est fort probable que nous ne revenions plus dans cet endroit idyllique et ressourçant. Coco et Jean ont décidé d’arrêter leur activité qui leur plait tant et qui leur apporte tant mais qui leur prend également beaucoup trop de temps et d’énergie, la fermette en folie est à vendre …

Bien évidemment, nous n’allions pas partir sans faire le plein des bons produits du terroir confectionnés et vendus par nos hôtes ! C’est ainsi que nous chargeons le VR de douzaines d’œuf frais, de bocaux de sauce tomate, de sauce bolognaise, de cassoulet, de caviar d’aubergine, de compote d’oignon rouge, de nombreux morceaux de viande de veau, des steaks de bœuf, de caramel, de sauce Hamburger spéciale Jean, sans oublier les délicieuses terrines d’Elie ! Bref, le frigo que je trouvais trop grand est plein !

Il est 11h30, le soleil brille et le VR s’engage sur Petit Rang, première des nombreuses routes qui nous attendent, le klaxon se fait entendre, la Jeep suis, Coco, Jean, Ginette et Elie nous saluent, au revoir les amis, et encore merci pour tout !

Nous quittons le Québec, ce soir nous dormirons en Ontario !

Il fait bon vivre à la fermette en folie !

Il fait bon vivre à la fermette en folie !

Période du 15 avril au 2 mai 2018

Les premiers jours, Léa et Laura reprennent leurs marques à la ferme et se font une joie de ramasser les œufs des nombreuses poules de Jean et Coco, et de celles laissées en pension par des clients. Il faut ensuite les nettoyer légèrement pour qu’ils soient mis en vente. Chaque jour c’est plus de 36 œufs qui sont ramassés par nos filles. Elles sont ravies de contribuer au fonctionnement de la ferme et passent des après-midi à nettoyer l’écurie et les enclos des poules. Tout brille ce sont de vraies fées du logis !!

Après elles reviennent s’occuper des 6 chats de Coco et des 2 chiens en pension quelques jours de temps en temps. L’activité ne manque pas après avoir nourri les poules, le cheval, les chiens et les chats…

Coco et Jean nous gâtent beaucoup et veulent nous faire gouter toutes les spécialités, cela passe par les sous-marins (long sandwich avec viande, salade, oignon, ketchup de fruit…), le pâté chinois (purée de mais et pomme de terre avec viande haché un dérivé du Hachi Parmentier ), hamburger fait maison, leur succulente viande de bœuf et de veau élevée à la ferme, des TOUSQUI (tous ce qu’il reste dans le frigo…), sans oublier les petit déjeuners de Jean avec entre autres les œufs bacon et les merveilleux smoothies de fruits mixés et j’en passe…

Ils nous ont fait également découvrir la boutique CHOCOLATS FAVORIS, où nous savourons de délicieuses crèmes glacées enrobées du chocolat de notre choix. Ce fut un succès total, à tel point que Laura n’hésitait pas à interpeler Jean : « tu sais il fait beau, si on prenait la moto pour aller à CHOCOLATS FAVORIS? » ce que Jean ne refusait jamais, trop content de pouvoir sortir sa Harley Davidson … et de savourer de délicieuses crèmes glacées !

Cette période de plus de deux semaines aura également été mise à profit (et dans tous les sens du terme si l’on en croît la balance…) aux nombreux préparatifs du voyage et des véhicules, notamment le lavage du VR par Laura et Léa !

Nous avons enfin pu assister au réveil de la végétation au grès de variations météorologiques très brusques mais normales pour un printemps Québécois. C’est ainsi qu’en deux semaines nous avons alternés entre pluie verglaçante, soleil, pluie, neige, chaud (20°c) et froid (-5°c) !

Coco ayant une passion (et un vrai talent !) pour la peinture, a organisé, les jours de météo défavorable, des ateliers pour initier les filles à cette discipline. Léa et Laura ont ainsi pu s’essayer à la peinture avec les conseils et l’assistance (et la patience !) d’une pro !

Bienvenue au Québec !

Bienvenue au Québec !

Le printemps au Quebec, ce n’est pas pour tout de suite, -3°C à la descente de l’avion et neige annoncée pour le lendemain ! Coco et Jean sont au rendez-vous, quel plaisir de les revoir et de les serrer dans nos bras. Nous avions passé de si bons moments chez eux en 2014, que nous sommes très heureux et impatient de bénéficier à nouveau de leur hospitalité et de s’établir pour quelques jours dans la Fermette en folie au milieu des animaux.

A la sortie de l’aéroport, nous passons instantanément au format nord-américain des véhicules, là où en France il nous a fallu une voiture + remorque pour embarquer notre chargement, ici le coffre du truck de Jean suffit !

Bien que fatiguées par le réveil matinal, le voyage et le décalage horaire, les filles sont excitées à l’idée de retrouver les nombreux chats et surtout, la star de la ferme, la chèvre clochette !

Prendre congés de sa vie « normale »

Prendre congés de sa vie « normale »

Pas facile de mener de front la mise en veille de nos activités professionnelles, la sortie du système scolaire traditionnel des filles, un déménagement, l’organisation d’une soirée avec les copains et les préparatifs d’un voyage d’un an en famille ! La préparation au voyage c’est étalée sur quasiment une année, en mode dilettante au départ pour finir en marche forcée !

Sur les deux dernières semaines avant le départ, une sensation aussi étrange qu’imprévue nous a accompagné. Certes, nous savions que nous allions quitter  pour un an « seulement » notre entourage, nos amis et nos proches, mais nous n’étions pas préparés aux nombreux témoignages d’amitiés, d’affections et d’amours que l’on nous a témoignés.  Bien sûr, le départ fut festif, euphorique et joyeux, mais nous avons aussi beaucoup pleuré ! Alors merci du fond du cœur pour votre soutien et vos témoignages qui nous ont énormément touchés.  Merci aux collègues de boulot, particulièrement pour cette superbe soirée de départ à Lyon, au quasi complet vous m’avez offert un moment que je n’oublierais pas. Merci aux enseignants qui ont accompagnés le départ des filles en leur permettant de s’exprimer en classe sur le voyage mais aussi en favorisant les messages d’affections des copines et copains. Léa et Laura ont quitté l’école le cœur gros et les yeux gonflés mais avec de superbes recueils de dessins et de messages d’amour et d’amitié. Merci les amis d’avoir été à nos côtés pour cette belle soirée à la maison. Merci enfin à nos proches qui ont su nous suivre dans cette aventure et nous accompagner sur les dernières heures avant notre départ.

Beaucoup pleuré c’est vrai, chaque étape concrétisée se traduisait par une charge émotionnelle difficile à contenir. Ce fut bien évidemment le cas lorsque nous avons remis les clés de la maison à notre locataire. Aux travers de nos échanges, Marc a su nous rassurer et c’est en toute confiance que nous lui avons laissé la maison. Il n’empêche que c’est dur de quitter son petit nid, surtout quand il est synonyme de bien être, de bonheur et d’amour.

Bon et bien voilà, la date inscrite un an plus tôt sur un calendrier est la, le planning a été tenu et nous avons pris congé de notre vie « normale », nous sommes (déjà) sur la route de la Drôme où Delphine et Vincent nous attendent.