La ville de JASPER marque la fin de la descente depuis les champs de glace que nous avons quittés au petit matin. Jasper NP est le plus grand parc national du canada et la ville de JASPER est une ville très touristique.  

Nous trouvons le camping du Snaring qui fonctionne en « first come first serve » (1er arrivé, 1er servi) à une dizaine de minutes du centre-ville. Notre arrivée matinale nous permet de trouver un emplacement où nous resterons une petite semaine. Nous faisons le plein de gaz pour éviter de tomber en panne de chauffage au cas où les nuits soient fraiches…

Nous faisons le tour de la ville pour repérer le centre d’information, le coiffeur et les boutiques de kayak…

Le lendemain, nous partons pour une petite rando dans Maligne Canyon, malheureusement le temps tourne à l’orage et des trombes d’eau inondent le sentier qui devient boueux et il nous faut faire très attention pour rester debout ! Malgré nos équipements de montagne, nous finirons trempés en arrivant en haut du canyon, la vue est vertigineuse et le canyon magnifique. Sous prétexte de séchage de nos tenues, nous dégustons une bonne glace à la « Maligne Canyon Tea House ».

Nous aurons la mauvaise surprise en revenant au camping de découvrir plusieurs arbres tombés sous les rafales de vents violents dont un qui s’est couché sur une caravane et un autre a coupé l’accès à l’allée du camping. Heureusement notre « maison » n’est pas touchée !!

Après l’école du lendemain, nous nous rendons aux hot spring de Miette à une heure au nord de JASPER. Les sources chaudes ont été captées et alimentent trois bassins, un à 18°C un autre à 27°C et un dernier à 39°C. La fraicheur des températures nous poussent logiquement dans les deux derniers dans lesquels nous nous moquerons des averses de pluie de fin d’après-midi !

Le soleil retrouvé, nous partons pour Medecine Lake dans l’idée d’y faire une croisière. Il se trouve que celle-ci est réputée donc les bateaux sont complets pour la journée, dommage… ou pas car vu les prix pratiqués, pas sûr que nous serions montés sur un bateau ! Nous profitons néanmoins de la beauté des lieux et des berges accueillantes où nous prenons un bain de soleil.  Au retour, nous avons la chance de croiser sur la route une maman ours avec ses deux bébés qui nous passent juste devant la voiture. Nous les observerons manger des baies sauvages, à quelques mètres, bien en sécurité dans notre voiture !

Nous consacrons la journée du lendemain à flâner en ville où nous ferons la rencontre de Christine une québécoise rencontrée dans un magasin de kayak. Elle nous indiquera d’ailleurs son coiffeur préféré et les filles et fabrice se feront une coupe d’été avec un carré très court pour Léa et Laura ! Nous déjeunons au bord du lac Edith et profitons du soleil.

Aujourd’hui, levé bonne heure pour prendre le téléphérique et monter au sommet du Mont Whistler pour savourer notre petit déjeuner dans le restaurant avec vue panoramique. Bien entendu, Fabrice n’a pas oublié son parapente pour redescendre !!!  Toutes les personnes sur place feront la photo de son décollage et particulièrement les asiatiques ! A son arrivée dans le centre-ville de JASPER, il sera accueilli par la police municipale… Jasper est certes le premier parc national à autoriser le vol libre, comme lui a indiqué Benjamin, un champion Canadien de parapente rencontré la veille mais il semble que la Police locale ne soit pas au courant… Elle a été alertée par une trentaine d’appels téléphoniques, le parapente ici n’est pas aussi courant que dans les alpes ! Le policier est là pour verbaliser Fabrice et lui saisir son parapente. Après discussion, le policier prénommé Neils ne doute pas de sa bonne foi et du coup sympathise avec Fabrice. Il appelle son supérieur pour lui expliquer et au final ils se quitteront copain, après avoir discuté du Pays de Galles d’où est originaire le policier. Neils donnera sa carte à Fabrice et l’encourage à se renseigner auprès des rangers du parc sans le verbaliser. Ouf !! En effet, renseignements pris, le parapente est bien autorisé au sein du parc de Jasper, mais le survol et l’atterrissage dans la ville ne sont pas autorisés, le terrain de foot en centre-ville choisi par Fabrice pour se poser n’était donc pas approprié !

Le lendemain nous avions décidé de descendre la rivière Athabasca en kayak mais la pluie et le vent nous font changer d’avis !!

C’est ici que nous décidons de raccourcir notre parcours pour gagner un peu de temps et partir directement pour l’ALASKA sans passer par le nord du Canada et le Yukon. Julie arrive début septembre à Seattle, il nous faut être au rendez-vous pour accueillir ma grande !

Avant de partir, les filles souhaitent dire au revoir à Christine c’est ainsi que nous retournons au magasin de kayak pour lui faire nos adieux… Nous en profitons pour acheter une pompe électrique pour gonfler plus facilement nos kayak et paddle.

Nous prenons la route pour longer la rivière SKEENA et nous rendre à Prince Georges puis prince Rupert avant d’aller prendre le ferry pour l’Alaska !!