Cody, c’est l’histoire d’un certain William Frederick Cody, plus connu sous le nom de Buffalo Bill, figure mythique de la Conquête de l’Ouest. Monsieur Cody était chasseur de bisons et fournissait entre autre les cuisines de la compagnie des chemins de fer, c’est de cette époque qu’il fut ainsi surnommé. Mais Buffalo Bill est surtout connu pour avoir organisé et dirigé un spectacle populaire : le Buffalo Bill’s Wild West. Ce spectacle mettait en scène la conquête de l’ouest, bien évidemment tournée à la gloire et à la grandeur des états unis d’Amérique subissant les attaques injustifiées de sauvages et sanguinaires indiens…

Ce spectacle était très populaire et très attendu aux 4 coins de l’Amérique car il remontait le moral des colons qui y trouvaient à la fois la fierté de participer à cette aventure mais aussi la justification de leur dure et précaire existence. Il y eu même une tournée en Europe avec un passage en France en 1889 à Paris, Lyon et Marseille ! Pour nous Cody, c’était vivre et s’imprégner un peu plus des deux visages de l’ouest américain. Celui du Cow-Boy tout d’abord, en assistant à notre premier rodéo ! Les néophytes que nous sommes se sont retrouvés au beau milieu de tribunes combles où nous avons ressenti la ferveur populaire se manifester lors de ce beau spectacle. Et c’est vrai que c’est impressionnant, la bénédiction tout d’abord, avec une prière, debout, pour protéger ces valeureux cow-boys qui vont s’affronter dans des exercices très spectaculaires et dangereux. La prière encore afin que « god bless américa », debout et la main sur le cœur ! Et sans transitions aucunes, le défilé des drapeaux des partenaires et autres sponsors de la soirée … Les choses sérieuses commencent ensuite par la très impressionnante chevauchée des taureaux (désolé je n’ai pas d’image dans le film, j’ai foiré les enregistrements GGGrrrr !!!). On comprend beaucoup mieux la prière du début pour ces jeunes hommes qui s’élancent sur un animal de plus d’une tonne, très, mais alors très énervé d’avoir un bipède sur le dos ! Des images de rodéos que nous avons tous vu, ne ressortent absolument pas la rage, la force et la colère de l’animal et l’extrême violence des coups et des ruades que doit gérer et encaisser le cow-boy. Fort heureusement pour nous, tout s’est bien passé, mais c’est vrai que j’ai eu peur que les filles assistent à un drame… Viennent ensuite les épreuves avec les chevaux sauvages et enfin celles où s’expriment pleinement la dextérité des Cow-boys au lasso et la belle osmose avec leur monture lorsqu’il s’agit d’attraper et de maitriser un veau lancé à toute allure. L’autre visage de l’Ouest, c’est celui des indiens, et Cody est réputé pour son musée des indiens des plaines, au sein du Buffalo Bill Historical Center. C’est donc là que nous nous sommes rendus le lendemain matin et nous y avons passé une bonne partie de la journée ! Le billet d’entrée est valable deux jours car ce centre regroupe 5 musées. Nous en avons fait deux avec celui sur la faune et la flore du parc de Yellowstone qui était magnifique, nous avons fait la fermeture ! En parlant de Yellowstone, il serait peut-être temps d’y aller ?