Au fur et à mesure de notre progression vers l’ouest, nous prenons vraiment conscience du formidable courage qu’avaient les colons pour endurer, avec femme et enfants, une vie aussi précaire, semée d’embuches et de dangers mortels. Avaient-ils conscience de ces dangers lorsque, gonflés d’espoir de vies meilleures, ils s’engageaient sur ces chemins menant à l’ouest. L’appel de l’or californien et l’espoir de terres fertiles et faciles, galvanisés par les discours expansionnistes des politiques de l’époque en valaient-ils vraiment la peine ? Quelle vie vous pousse à prendre tous les risques sans aucune garantie ? Nos vies modernes ultrasécurisées, garanties et protégées sont à des années lumières de l’esprit de ces colons ! Après la découverte et l’étonnement, c’est finalement avec un grand respect que nous apprenons l’histoire de ces grandes plaines de l’ouest.

Mais je reste perplexe et mal à l’aise, car cette histoire n’est pas si belle en vérité puisqu’elle s’est faite au détriment des peuples amérindiens déjà présents. L’histoire de l’ouest c’est aussi celle d’un peuple qui chasse et dépossède de ses terres un autre peuple.  Alors bienvenue dans l’histoire de l’ouest américain et débrouillez-vous avec d’un côté un grand respect pour le courage et la volonté des colons et de l’autre une profonde admiration et un grand respect des amérindiens qui occupaient paisiblement ces terres sauvages avec lesquelles ils étaient en parfaite harmonie !

Nous passons devant les repères naturels dont se servaient les colons pour jalonner leur route, d’abord Chimney Rock puis Scottbluff. Chimney Rock est un pilier rocheux qui a su résister à l’érosion, planté au milieu de la plaine, il se repère à des dizaines de kilomètres et était utilisé comme jalon avant de pénétrer dans la passe de Scottsbluf. Cette passe, du nom de Michell pass, bien que scabreuse permettait de s’écarter des méandres marécageux de la Platte River impraticable en chariot.

Le National Park de Scottsbluff sera pour nous une halte et marquera notre changement de cap au nord et l’abandon de l’autoroute historique de l’ouest. Au cours de cette halte, nous avons eu le plaisir de faire la connaissance de Anne et PierreDo avec leurs 4 enfants, Emma, Alix, Hugo et Noah. Ensemble, ils réalisent eux aussi un road trip sur le continent nord-américain, démarré en janvier et « tournant » dans le sens inverse du nôtre. Anne et PierreDo nous livrent une foule de renseignements tous plus précieux les uns que les autres sur nos prochaines étapes, quelle aubaine ! Anne et Pierredo sont originaires de Clermont Ferrand, nous avons eu énormément de plaisir à passer une belle et agréable soirée en leur compagnie dans le VR alors que leur superbe camion 4x4 « Barbatruck » a hébergé les enfants qui ont pu partager leur expérience sur Movie Star Planet !

Nous avons fait découvrir les terrines d’Elie à nos compatriotes en mal de bonne cuisine depuis 6 mois, ils ont aussitôt pris l’adresse de la fermette en folie pour s’y arrêter sans faute lors de leur passage au Québec et faire le plein de bons produits !!

Nous visitons également le National Monument de Scottsbluff, ne vous y trompez pas, ici le monument est naturel, il est formé d’un ensemble rocheux qui rappelle les dessins de Morris dans Lucky Luke et permet de jouir d’une vue imprenable sur la plaine une fois son modeste sommet atteint. Idéal donc pour une petite ascension matinale en vélo. Et bien non, le Ranger m’explique que la route de 2km, limitée à 40km/h est interdite aux vélos, pour la sécurité des cyclistes !!! Après avoir tenté une discussion du style « mais je suis venu jusqu’ici par des routes limitées à 90Km/h et ouvertes aux cyclistes ?» je lui demande si je peux alors emprunter le chemin piéton (en enrobés) de 2m de large et qui monte au sommet ? « Non, il est interdit aux vélos pour la sécurité des piétons !!!… » Bref, c’est bien en voiture que nous nous rendrons au sommet quelques heures plus tard ! Les filles en profite pour passer leur premier examen de Junior Ranger et après avoir prêtés serment, peuvent fièrement arborer leur insignes officielles !

Nous terminons notre séjour à Scottsbluff en assistant à notre premier concours de rodéo, deux cavaliers sont chargés de trier la dizaine de veaux présente dans l’arène pour les faire pénétrer dans l’enclos un par un et dans l’ordre (ils sont numérotés) annoncé par les juges, épreuve chronométrée… Le spectacle est impressionnant de précision dans la maitrise des chevaux et dans la communication entre le cavalier et sa monture ! L’épreuve junior a fascinée Laura et Léa qui ont pu observer des jeunes filles à peine plus âgées qu’elles diriger leurs superbes chevaux avec efficacité et classe.

Il est 5h30 du matin, le V10 ronronne, nous avons fait le choix de partir tôt durant le sommeil des filles dans le but de tester ce type de départ lorsque nous aurons besoin de faire de grandes étapes. Nous prenons un cap plus au nord et quittons l’état du Nébraska pour celui du Dakota du Sud et ces immenses espaces naturels. Peu ou pas d’agriculture, les plaines vallonnées que nous traversons n’ont pas changés depuis des millénaires et mis à part la route que nous empruntons, restent dépourvues de traces humaines. Quelle belle sensation que de rouler très tôt le matin dans ces espaces vierges, apercevoir les biches et cerfs de virginie dans les immenses prairies et être seul au monde. Au loin les premiers reliefs façonnés par l’érosion se dessinent, nous approchons des Badlands…