Rencontre avec le lac Michigan

Rencontre avec le lac Michigan

Du 18 au 30 mai, notre itinéraire a longé la rive est du lac Michigan. Ainsi, en 12 jours et quelques 800 km, nous avons côtoyé ce somptueux lac qui, de par sa taille, s’apparente plus à une mer. C’est sous des airs froids et peu engageants que notre rencontre a débuté, mi-mai la partie nord du lac est encore endormie dans le froid de l’hiver passé. Malgré un franc et généreux soleil, il nous faut s’équiper de polaire et de coupe-vent pour découvrir les magnifiques berges et les eaux turquoise du lac, le spectacle est à la fois grandiose et surréaliste ! Nous avons devant les yeux un paysage habituellement observé sous les tropiques et effectivement, l’absence de palmiers et les basses températures (l’eau et l’air ne doivent pas dépasser les 10°C) nous rappellent que nous sommes bien au-dessus du 45ème parallèle de l’hémisphère nord !

Une chose est sure, pour la baignade on attendra encore un peu ! Par contre, pour la randonnée dans les dunes, le vélo sur les nombreuses pistes cyclables aménagées et le Kayak, Le Michigan nous a comblé en nous offrant de magnifiques moments. Le slogan affiché régulièrement pour vanter les mérites de ce territoire est bien trouvé« Pure Michigan », bravo à l’agence de com ! En effet, c’est une région authentique, faite d’espaces naturels préservés, où la grandeur et la force des éléments se font sentir, même si nous n’avons pas eu l’occasion de la voir. C’est ajouté à notre bonheur, le plaisir de découvrir ces beaux espaces lors du réveil printanier et hors période d’affluence !

Nous garderons bien précieusement ces souvenirs de terres indiennes, où les noms des villes, des plages et des iles sont directement hérités de ces premiers peuples. Nous avons encore en tête la belle histoire de cette maman ours et ses deux oursons repoussés dans le lac par un terrible incendie et tentant de rejoindre l’autre rive. Mission impossible pour les oursons qui se noyèrent. Le grand manitou ayant observé la scène, pris pitié de la maman ours effondrée et décida d’arrêter le feu, de la ramener sur la berge afin qu’elle se repose et de redonner vie à ses deux oursons sous forme de deux iles peu éloignées de la berge. C’est ainsi que pris forme le site féérique de Sleeping Bear Dunes, une dune majestueuse en bord de lac, veillant sur les deux iles de North et South manitou. Il fallait bien une belle légende indienne pour compter la beauté de ces lieux !

Cette vaste étendue d’eau crée des conditions climatiques particulières à sa périphérie, c’est vrai lorsque ses rives sont bordées de valons. En hiver, le flux d’ouest se charge d’humidité et se refroidit au passage du lac, l’air froid ainsi saturé provoque d’abondantes chutes de neige lorsqu’il est soulevé par ces valons. C’est ainsi que de petites stations de ski très huppées se sont développées par endroit. C’est dans une de celle-ci, Bay-Harbor, que nous avons particulièrement apprécié notre passage, non pas pour la qualité de ses pistes mais pour une magnifique chocolaterie Kilwins !

Au fil de notre descente vers le sud, les températures remontent et c’est une autre facette du lac qui se présente à nous, plus estivale. Les belles plages se remplissent peu à peu, et même si la température de l’eau reste fraiche, les premières brasses sont rapidement faites, comme pour témoigner notre affection à ce lac qui nous accompagne depuis plusieurs jours. Nous profitons alors avec grand plaisir de ces températures et nous nous offrons nos premières demies journées plage du voyage !

Maintenant que les présentations sont faites et que nous sommes pris d’affection pour lui, le lac ne se contente plus de nous accompagner, il nous montre la route jusqu’à notre objectif, comme pour nous dire, « maintenant que l’on se connait, suivez-moi, je vais vous montrer ma perle, mon trésor… »

C’est ainsi que nous le suivons, quittant l’état du Michigan, traversant l’Indiana et pénétrant l’Illinois pour découvrir…Chicago !

Welcome to the United States of America !

Welcome to the United States of America !

Vendredi 18 mai 2018, passage de la frontière, l’enjeu est de taille car j’ai bâti le voyage avec l’hypothèse que l’officier que nous allons rencontrer nous valide bien une durée de séjour aux USA largement supérieure à ce que prévoit à priori nos visa B2. Là où un visa donne la possibilité d’obtenir une durée de séjour de maximum 6 mois, il nous faut 11 mois pour mener à bien notre programme !  Ainsi, du bon déroulement de nos formalités d’entrée dépendent les 5 derniers mois de notre périple !

Bien sûr, les longues heures passées sur le web à glaner de l’information et notre rendez-vous à l’ambassade en décembre dernier m’avaient rassuré sur nos chances d’obtenir cette autorisation longue durée. Mais la législation américaine en la matière est ainsi faite, vous pouvez disposer d’un visa, d’un avis favorable de l’ambassade des états unis d’Amérique et d’un solide dossier blindé d’attestations certifiant que vous n’avez pas besoin de travailler sur le sol américain et que vous repartez illico en France après le voyage, le seul qui décide au final, c’est l’officier que vous avez en face de vous au moment de votre passage de la frontière !

C’est aussi une des raisons pour lesquelles nous avons débuté notre voyage du canada, pour passer la frontière par voie terrestre et prendre le temps d’expliquer notre voyage plutôt que de se présenter devant l’officier américain en même temps que les 500 autres passagers de l’avion. Le choix d’un poste frontière pas trop fréquenté nous a ensuite mené jusqu’à Sault Sainte Marie, agglomération de taille moyenne éloignée des grandes métropoles Canadiennes et Américaines.

Ce choix aurait pu être judicieux si nous ne nous étions pas présenté le premier jour du long week-end de 4 jours, fête Canadienne de « Victoria’s Day » qui marque également le début de la saison estivale ! Prévenus par nos voisins de camping de l’affluence que nous risquions de trouver à la frontière (nombreux sont les Canadiens à se rendre sur les rives du lac Michigan à cette occasion) nous décidons d’attendre le début d’après-midi pour nous présenter à la douane. A 13h30, il y a finalement peu de monde et seulement 4 véhicules nous précèdent au poste frontière. L’officier nous reçoit assez froidement, il contrôle nos véhicules et ne sachant pas trop si c’est de lui que dépend notre sort, je me risque à lui expliquer notre aventure, il m’interrompt sèchement et me fait comprendre que mon rôle doit se limiter à répondre à ses questions ! il n’a visiblement que faire de notre histoire…. Les questions défilent et l’angoisse commence à se faire sentir jusqu’à LA question « where do you go ? ». Là, c’est à moi, je lui explique notre voyage et lui montre la belle carte du continent nord-américain avec notre itinéraire préparé bien proprement et les mois qui précisent notre cheminement… le visage de mon interlocuteur s’illumine, devient soudainement très sympathique, ses yeux s’ouvrent un peu plus, sa bouche dessine un large sourire et laisse échapper un magnifique « Wouahouu, what a beautiful trip ! ». C’est gagné, il a compris que notre demande est particulière et nous demande de garer le VR,  il nous oriente vers ses supérieurs dans le grand bâtiment juste au-dessus de nous. Arrivés en haut, l’affaire se présente bien, il n’y a pas un chat et nous sommes les seuls face à 4 officiers qui attendent patiemment… Les premières questions de notre nouvel interlocuteur sont toutes aussi froides et sèches (ce doit être la procédure…), mais viennent directement sur le pourquoi vous venez aux états unis et vous allez où ? Je recommence mes explications et ressort ma carte magique qui produit instantanément le même effet et c’est en admiration pour notre périple que les questions s’enchainent de façon très détendues. Il interpelle même une de ses collègues pour lui montrer notre carte et l’inviter dans notre discussion ! Coup de chance, celle-ci comprend le français et peut donc lire nos attestations (ressources financières nécessaires au voyage et retour programmé au travail en France) ! Du coup, aucun doute nous ne voulons pas travailler aux états unis ou nous y installer mais bien réaliser un fabuleux voyage sur le continent nord-américain! Après un bon quart d’heure de discussion, les deux officiers nous félicitent pour la préparation de notre dossier et comprennent que notre demande est particulière et dépasse leurs compétences habituelles à savoir un maximum de 6 mois pour des touristes détenteur d’un Visa B2. C’est ainsi, qu’ils nous demandent d’attendre l’officier supérieur, seul habilité à délivrer ce genre d’autorisation. Après  un petit quart d’heure d’attente c’est finalement deux nouveaux officiers qui se présentent à nous, l’officier supérieur attendu et l’officier responsable du poste frontière ! Bien qu’ils aient été mis au courant de la situation, le rituel se répète, avec ses questions, le ton d’abord froid et sec (c’est la procédure j’vous dit !) puis l’enthousiasme suscité par notre aventure… Au final, je n’ose pas y croire, ou plutôt je me dis que je n’ai pas du comprendre sa question, et pourtant c’est bien cela, l’officier me demande très poliment si la date du 17 mai 2019 nous conviendrait comme date de sortie du territoire !!?? et d’ajouter, « comme cela, ça vous laisse 3 semaines de plus que ce que vous avez prévu, au cas où… »

Une bonne heure après nous être présentés, stressés et inquiets, au premier officier, nous sortons du poste de douane soulagés, légers et heureux nous avons sur nous 4 passeports avec Visa américain revêtus du tampon officiel :

ADMITTED : MAY 18 2018         Until : MAY 17 2019 

Toronto et les chutes du Niagara

Toronto et les chutes du Niagara

Pour visiter la région de TORONTO nous établissons notre camp à l’INDIAN LINE CAMPRGROUND qui offre l’avantage d’être à 20 minutes en voiture de TORONTO down town et à moins d’une heure et demie des chutes du Niagara. La première journée est consacrée à la visite de TORONTO (agglomération de plus de 2.5 millions d’habitants soit l’équivalent de Paris !), ville très cosmopolite où nous découvrons le quartier chinois de CHINA TOWN (où nous déjeunerons), le quartier des buildings et ses nombreux galeries marchandes en souterrain qui nous rappelle qu’en hiver la vie du quartier d’affaire se passe sous terre (Nous profitons de ce dédale pour échapper à la pluie qui nous a rejoint en fin de journée). J’ai pu également visiter l’aquarium avec les filles pendant que Fabrice a fait la visite du ROGERS CENTER, le plus grand stade couvert de baseball au monde qui accueille l’équipe de TORONTO «les BlueJeys ».

Nous réservons notre diner du lendemain au restaurant 360° de la CN TOWER qui culmine à 447 m. Le lendemain matin, nous profitons d’une belle piste cyclable qui permet de rejoindre le centre ville de Toronto en longeant le lac Ontario sur plus de 12 km. Le beau temps est enfin au rendez-vous et nous passons une belle journée à vélo. Drôle de sensation que de se retrouver sur nos vélos français pour nous rendre à TORONTO. C’est un délicieux moment qui nous attends avec un menu gastronomique et une vue imprenable sur TORONTO du haut du restaurant qui effectue une rotation complète en une heure, c’est superbe ! Nous savourons ce plaisir qui nous est offert moyennant une note assez salée !! Malgré tout, cela en valait vraiment la peine ! En sortant du restaurant, les filles se font un malin plaisir à s’empresser de me diriger vers le sol de verres pour tester ma phobie du vide. Mais ce sera pour une autre fois pour moi !! par contre, elles me narguent avec leur papa à s’allonger sur les carreaux de verre et se prendre en photo pendant que je reste blottie contre les parois. Il ne fait pas bon avoir le vertige …..

La dernière journée est consacrée à la visite des chutes du Niagara. Pour le plus grand bonheur des filles, nous décidons de reporter d’école au lendemain pour démarrer au plus tôt cette journée qui commence par 1h30 de route pour se rendre à NIAGARA FALLS. A notre arrivée, bien qu’ayant déjà vu des dizaines de fois les chutes du Niagara en photo ou en vidéo, nous sommes scotchés et émerveillés par tant de beauté, tant de puissance dégagée par ces chutes. Pour approcher et ressentir au plus près la force de celles-ci nous nous y rendons par un ascenseur puis un tunnel. Le poncho qui nous a été préalablement distribué ne nous empêche pas de prendre une bonne douche bien fraiche pour la saison ! Nous finissons par la traditionnelle et impressionnante remontée en bateau pour aller au plus près des chutes. Cette journée se termine par la visite de la très belle ville NIAGARA on the Lake, centre-ville très pittoresque qui n’a rien perdu de son charme d’antan et a conservé son architecture de style colonial.

Nous rentrons à notre campground pour partir en direction de Northbay dès le lendemain.

Information sur la carte interactive …

Information sur la carte interactive …

Bonjour à tous !

Comme vous avez pu vous en rendre compte, les articles sont publiés plusieurs jours après les faits qui y sont contés. Nous aimerions bien tenir le rythme, mais bon, organisation, école, intendance, itinéraires, visites, rencontres, bref les journées ne sont pas assez longues…

Ceci dit, j’essaie de tenir à jour en temps réel (à plus ou moins 24h et lorsque l’on a du réseau) la carte interactive. Celle-ci vous propose un aperçu rapide de là où nous sommes (trace bleu) mais pas seulement ! En cliquant sur les objets que je place (les traces, les lieux d’arrêt ou autre) vous obtiendrez quelques photos et/ou informations sur ceux-ci.

Exemple : en zoomant sur Toronto, vous découvrirez la trace rose de notre ballade en vélo (voir Photo). En cliquant précisément sur cette trace, vous ouvrez une fenêtre qui vous donne accès à une ou plusieurs images (cliquer sur celles-ci pour les avoir en plein écran).

Idem pour les points d’arrêt que j’alimente avec un commentaire et une ou plusieurs images.

Bonne navigation à tous, merci à vous de nous suivre, on vous embrasse !

Fabrice

Ottawa

Ottawa

Mercredi 2 mai au 4 mai : OTTAWA avec nuits à la ferme.

Nous partons de la fermette en folie pour OTTAWA, l’excitation est grande au départ mais nous sommes également tristes de quitter la famille GUETAT/TURCOTTE …

Nous séjournons aux « Vergers Villeneuve & blueberry farm » (voir carte), à notre arrivée; Michel nous accueille dans sa ferme familiale ! Dans cette région de l’Ontario, les habitants sont bilingues et le français est couramment parlé. On en profite, l’apprentissage de l’anglais viendra plus tard !! Il nous fait visiter sa ferme avec ses plantations de pommiers, de bleuets et de framboises. Nous découvrons sa fabrique de vins à base de multiples fruits produits sur place ou achetés. Il nous offre une dégustation d’une dizaine de différents vins de fabrication artisanale (de 7 à 13.5 degrés). Michel est passionné et prend un vrai plaisir à nous expliquer son activité.On retrouve le gout et l’odeur des fruits dans chacun des vins ce que nous avons trouvé fort sympathique, ceci dit ces vins sont très particuliers et nos papilles ont du mal à s’y retrouver. La fabrication qui nous a le plus séduite est celle des vins de glace ; vins laissés une nuit d’hiver à -30 degrés  dans leur barrique pour permettre à l’eau résiduelle de geler et au petit matin la partie alcoolisée est soutirée et mise en bouteille pour avoir au final un vin plus liquoreux et plus sucré que nous avons acheté bien volontiers pour notre apéritif !!

Le lendemain, nous partons à la journée pour une visite d’OTTAWA, la capitale du CANADA, connue pour ses nombreux musées et son parlement sans oublier le fameux canal RIDEAU. La pluie qui a décidé de nous accompagner régulièrement depuis bientôt 15 jours ne nous empêchera pas de visiter le musée canadien de l’histoire, pour découvrir les origines de ce vaste pays, depuis les premiers peuples jusqu’à aujourd’hui.

Les filles sont ravies car une large partie du musée leur est dédiée et reconstitue à leur échelle des habitats traditionnels de pays des différents continents avec les costumes, les plats typiques…

A la faveur d’une accalmie nous en profitons pour visiter la colline du parlement (parlement hill)  et prendre la photo traditionnelle au bord du canal Rideau tout juste libéré des glaces !